cervepas
centre d'études et de recherches sur la vie économique des pays anglo-saxons
 
Christine Zumello
 
 

 

Les élections primaires présidentielles et le parti démocrate aux Etats-Unis. Échec d’une nationalisation.

Soutenue le 15 décembre 1997 à l’Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris III
Directeur de recherche: Martine Azuelos

 


Résumé

Les élections primaires présidentielles ont vu le jour en 1912 et l'étude de leur développement est ici placée dans le contexte de l'articulation fondamentale de l'appareil politique américain, à savoir la dichotomie entre la dimension fédérale et la dimension nationale des États-Unis.

En 1968, comme cela s'était produit en 1912, les élections primaires présidentielles ont servi d'échappatoire à une situation politique sclérosée dans laquelle les partis politiques et en particulier le Parti démocrate semblaient avoir perdu leur crédibilité. La campagne des primaires de 1968 révéla les graves difficultés que traversait le système de nomination des candidats à la présidence, qui, jusqu'alors, avait évolué totalement à l'abri des regards. Le Parti démocrate entreprit alors un vaste effort de réforme et de codification des mécanismes de sélection des délégués à la Convention nationale du Parti. Cinq commissions de réforme se succédèrent ainsi entre 1968 et 1988. Le Parti démocrate se lançait dans une entreprise de nationalisation et d'uniformisation des méthodes de sélection des candidats à la présidence sans précédent. Le souhait, exprimé pour la première fois par le président Woodrow Wilson en 1913, de mettre en place une élection primaire présidentielle à l'échelle nationale trouvait donc un écho dans l'ampleur des réformes entamées par le Parti démocrate. Parallèlement, les nombreuses propositions de loi qui ont été soumises au Congrès entre 1968 et 1988 dans le but d'instaurer une élection primaire présidentielle nationale ont toutes échoué.

L'élection primaire présidentielle et les velléités de réforme qui l'ont accompagnée plus particulièrement depuis 1968 ont permis de mettre en évidence les difficultés de nationaliser un système électoral qui repose sur une tradition et des institutions foncièrement fédérales, difficultés qui ne sont pas sans rappeler les débats qui eurent lieu lors de la conception du texte constitutionnel américain.

 

Presidential Primary Elections and the Democratic Party in the United States: Failed Nationalisation, 1968-1988.

Abstract

Presidential primary elections have existed since 1912 in the United States and their development since then is examined in the context of the fundamental articulation of the American political system - that is the dichotomy between the federal dimension and the national dimension of the United States.

In 1968, as it happened in 1912, presidential primary elections were used by some candidates to circumvent a sclerotic political situation in which the political parties and the Democratic Party in particular were slowly losing their credibility. The 1968 primary campaign unveiled the acute difficulties that the system of nomination of presidential candidates was experiencing. The system suffered from a complete lack of coherence and reliability. The Democratic Party decided to start reforming the whole system of selection of delegates to the National Convention. Between 1968 and 1988 five democratic reform commissions were set up. Their main goal was to devise national rules to bring about unprecedented changes in the system of delegate selection. The Democratic Party was thus echoing President Wilson's wish to adopt a national presidential primary election as he had expressed it in 1913. As the Democrats were busy implementing reforms, many bills were introduced in Congress between 1968 and 1988 in order to adopt some national guidelines. None of the bills ever went beyond the committee stage.
The aborted national presidential primary experience shows that it is difficult to nationalize an electoral system which is based on federal institutions and traditions. Those difficulties are reminiscent of the debates which took place at the time of the ratification of the American Constitution.