cervepas
centre d'études et de recherches sur la vie économique des pays anglo-saxons
 
Nathalie Champroux
 
 

 

Les gouvernements conservateurs britanniques face au Système monétaire européen, 1979-1997.

Soutenue le 6 octobre 2000 à l’Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris III
Directeur de recherche: Martine Azuelos

 


Résumé

Le Système monétaire européen (S.M.E.), visant à la création d'une zone de stabilité monétaire en Europe, fut effectif de mars 1979 à décembre 1996. Le Royaume-Uni, quoique membre à part entière de la C.E.E., se singularisa en ne prenant part à l'institution principale du système, le mécanisme de taux de change fixes ajustables, que d'octobre 1990 à septembre 1992. Cette singularité vint-elle d'une approche spécifique aux gouvernements conservateurs britanniques au pouvoir de mai 1979 à mai 1997 ?

L'analyse chronologique de la position des gouvernements vis-à-vis du mécanisme, évoluant en fonction des événements politiques et économiques, intérieurs et extérieurs, ne conduit pas à une réponse tranchée. Elle dévoile d'abord l'absence de pensée unique au sein de l'équipe gouvernementale. Or, il est difficile de parler d'approche spécifique lorsqu'il n'y a pas de ligne de conduite unanime. Ensuite, la réticence des gouvernements conservateurs se nourrit de multiples raisons historiques, conjoncturelles ou inhérentes à la tradition britannique et qui auraient pu être brandies par des gouvernements d'une autre appartenance politique.

 

The British Conservative Governments and the European Monetary System, 1979-1997.

Abstract

The European Monetary System (EMS), which aimed at creating a zone of monetary stability in Europe, was effective from March 1979 to December 1996. Though a full member of the EEC, the United Kingdom marked itself out by taking part in the main EMS institution, the Exchange Rate Mechanism (ERM), only from October 1990 to September 1992. Did this peculiarity come from an approach specific to the British Conservative Governments in power from May 1979 to May 1997?

The chronological analysis of the Governments' position towards the ERM, which varied depending on political, economic, internal and external events, does not lead to a clear-cut answer. It first reveals the absence of a single body of thought in the governmental team. Now it is difficult to speak about a specific approach when there is no unanimous line of conduct. Then, the Conservative Governments' reluctance was nourished by numerous reasons, which were historical, economic or inherent to the British tradition and which could have been called upon by governments from another political party.