cervepas
centre d'études et de recherches sur la vie économique des pays anglo-saxons
 
Être indien dans les Amériques:
Spoliations et résistance - Mobilisations ethniques et politiques du multiculturalisme: une perspective comparative
 
 

 

Colloque international de l'Université Paris III - Sorbonne Nouvelle organisé les 2 et 3 décembre 2004 par l'IHEAL/CREDAL, le CEC, le CERVEPAS, et l'OPEA, dans le cadre du projet d'Institut des Amériques (programme format pdf)

 

Quelle est la place de l’autochtonie dans les sociétés passées et présentes des Amériques?

Il était commun, voici encore peu d'années, de parler au passé des populations autochtones et de considérer les survivants des catastrophes qui les ont touchées comme quantités négligeables. Or, elles participent du monde moderne et agissent au sein des sociétés nationales.

D’une Amérique à l’autre la propriété des terres, des objets, des formes culturelles qui sont les leurs varient, tant du point de vue des modes de subsistance et de l'organisation des sociétés autochtones, que de leur mode d'intégration dans les sociétés nationales. De même, les identités s’expriment différemment chez les populations qui ont été ou qui sont mobiles et chez celles qui forment des communautés paysannes sédentaires. Mais, toutes ont subi la colonisation et, d’une manière ou d’une autre, ont été spoliées d’une partie de leurs terres et de biens culturels qui leur étaient précieux.

Depuis quelques décennies, on assiste cependant à une véritable renaissance de ces populations, par leur dynamisme tant démographique, que culturel et politique.

L’autochtonie a gagné une place nouvelle dans le monde contemporain.

Il sera intéressant d'étudier, dans une perspective comparative, les questions du droit, des langues et des territoires, mais aussi le jeu et la légitimité des affirmations identitaires ainsi que la mise en œuvre, aujourd'hui, dans le cadre national, des politiques du multiculturalisme.

Ces quelques pistes ne sont pas exhaustives et peuvent donner lieu à des approches historiques, sociales, politiques, juridiques, économiques… 

 

Jeudi 2 décembre 2004

MATIN - Session 1 : Droit et populations indiennes

Rodolfo Stavenhagen (Colegio de México et Forum Indigène International de New York)
"Les droits des peuples autochtones : l’approche des Nations Unies"

Alain Beaulieu (Université du Québec à Montréal)
"Les traités avec les Autochtones du Canada : de l’alliance à l’assujettissement (1760-1876)"

Irène Bellier (CNRS - LAÏOS)
"Le projet de déclaration des droits des Peuples autochtones et les Etats américains : avancées et clivages"

Marine Le Puloch (Université Paris VII - Denis Diderot)
"L’affaire Crow Dog, Cour Suprême des Etats-Unis, 1883"

Session 2 : Terres et territoires indigènes

Richard Chase Smith (Institut du "Bien commun", Lima, Pérou)
"La voie des ancêtres: une remise en question de la notion de "territoire traditionnel" dans le cas des Yanesha (amuesha) de l'Est du Pérou"

Céline Farchi (Université Paris X - Nanterre)
"L’occupation de la scène culturelle aux Etats-Unis, 1960-2004 : l’espace d’exposition comme espace symbolique ?"

David Dumoulin (Ersipal-CREDAL / Institut universitaire d’Etudes du Développement, Genève)
"Les “terres indiennes pour la conservation” : un dispositif-clé du néo-indigénisme international "

Marie-Claude Strigler(Université Paris III - Sorbonne Nouvelle)
"Le conflit territorial Navajo-Hopi"

APRÈS-MIDI - Session 3 : Enjeux et légitimité des affirmations identitaires

Marie Mauzé (CNRS/EHESS)
"Un “moment” de l’histoire post-coloniale amérindienne : auto-représentation des peuples autochtones au National Museum of the American Indian"

Florent Kohler (Université François Rabelais, Tours)
"Stratégies identitaires et représentations pour soi et pour autrui : l’exemple des Pataxó du Mont Pascal (Bahia, Brésil)"

Joëlle Rostkowski (UNESCO/EHESS)
"Représentations et revendications des Indiens d’Amérique du Nord sur la scène internationale (de la Société des Nations à la création du Groupe de travail sur les populations autochtones à l’ONU)"

Yvon Le Bot (CADIS/EHESS)
"Les mouvements indiens en Amérique Latine. Etat des lieux"

 

Vendredi 3 décembre 2004

MATIN - Session 4 : Quel avenir pour les langues et la littérature amérindiennes ?

Colette Grinevald (Université Lumière - Lyon II, SDL et DDL-CNRS)
"Langues amérindiennes : état des lieux "

Susanne Berthier-Foglar (Université Stendhal - Grenoble III)
"Les langues pueblos du Nouveau-Mexique : ciment identitaire et politique du secret"

Luis Enrique Lopez (PROEIB Andes, Universidad Mayor de San Simón, Cochabamba, Bolivia)
"Situation actuelle des langues des basses terres de Bolivie et le rôle de l'école"

Raymond DeMallie & Douglas Parks (American Indian Studies Research Institute, Indiana University)
"Les langues indiennes dans les Plaines d'Amérique du Nord: Statut actuel et perspectives futures"

Aurore Monod Becquelin (Université de Paris X Nanterre, CNRS) & Raquel Guirardello (Universidade Federal Rio de Janeiro)
"Quel avenir pour les langues du Xingu ? (Brésil) : Parler le trumai aujourd’hui"

Bernadette Rigal-Cellard (Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3)
"La fonction de l’histoire dans la littérature contemporaine des Amérindiens des Etats-Unis"

APRÈS-MIDI - Session 5 : Des nations en question

Christian Gros (IHEAL/CREDAL)
"Les nations latino-américaines face au multiculturalisme"

Veronica Tiller (Juriste)
"La souveraineté tribale au sein du système fédéral américain"

Guillermo de la Peña (CIESAS – Occidente, Mexique)
"Droits indigènes, citoyenneté ethnique, et changements constitutionnels au Mexique"

Michèle Therrien (INALCO, Université Paris III - Sorbonne Nouvelle)
"Cinq années du gouvernement au Nunavut. Résister à l’essentialisme"